Ecologie Profonde

I
 am 
a 
human 
observing 
Nature.”

I
 am 
a 
human 
being 
observed
 by
 Nature.”

I
 am
 a 
human
 observing
 Nature
 and
 being
 observed 
by
 Nature.” (*)

 

Le lien entre soi et le monde, la nature, le sauvage, la terre qui nous porte et nous accueille,

notre lieu ensauvagé et libre… intime et partagé.

 

L’écologie de soi, au coeur de soi… Comment rompre la dissociation entre l’homme et la nature, entendre à nouveau que nous ne faisons qu’un, avec tendresse, avec respect, avec joie, en ce lien sacré que longtemps nos ancêtres ont compris sans avoir à l’expliquer ?

Il est temps pour nous ici de restaurer ce lien, avec urgence, diligence, passion, tendrement.

Comment envisager une société qui ne saurait prendre soin de sa terre, comment imaginer des êtres qui ne seraient pas profondément attristés de voir mourir le lieu qui les accueille, inconsciemment ce désespoir est présent, angoisse de se sentir manquer de sens, sentiment ténu et persistant…

Peut-être est-ce ce besoin naturel d’appartenir et se joindre, au coeur du vivant, au sein de la nature, et ne plus rebrousser chemin.

L’écologie profonde est un vaste mouvement, elle est enseignée dans les universités d’Amérique du Nord, pratiquée par des militants dans le monde et en Europe. Basée sur des principes simples de reconnexion et de sagesse, elle inclut l’évidence d’un monde où tous les êtres sont liés. « By all my relations » disent les amérindiens. Nous sommes ceux que nous attendions…

Les marches médecines, les quêtes de visions, la lecture des signes de la nature et des esprits de la nature sont des rituels d’écologie profonde. Nous avons besoin de nous remettre en lien avec le monde qui nous entoure et nous habite. L’écologie profonde est porteuse d’un immense espoir ; de renouer ce lien, généreusement, naturellement, maintenant.

Cérémonies et pratiques en nature

(*) www.newmoonritesofpassage.com

Se réenchanter (...): la capacité de regarder à nouveau le monde avec des yeux sacrés.
On parle ici d'un changement philosophique fondamental. (...) la critique la plus radicale qu'on puisse faire est de défier notre société sur ses valeurs mystiques et poétiques et de laisser couler à nouveau le flot de notre désir inassouvi.

-Paule Lebrun-